Le projet associatif, institutionnel, de direction, de service

« Les jardins du possible »

 

Un contexte, une démarche

La question du projet émerge tôt ou tard pour les équipes en environnement complexe. Le projet est posé à la création d’une structure, déposé auprès des tutelles quand la loi l’exige, mais comment le reposer ? À quel moment enclencher un travail sur le projet qui ne soit pas une démarche plaquée, mais où le « comment », le « pour quoi » définissent le « quoi » ?

TRIGONE envisage l’accompagnement du projet à travers une démarche participative, créative et évolutive. TRIGONE entre également en projet en même temps qu’il accompagne celui de l’institution.

Le projet écrit est un cadre qui doit être accompagné d’un travail des processus afin qu’il s’auto-régule, s’auto-évalue et soit un référentiel pour tous. Comment inclure dans le projet écrit, des écrits de projets ? Pour cela, il est nécessaire de changer de modèle : substituer au projet vu comme une procédure, une démarche constructiviste où « le chemin se fait en marchant ».

  • Sa visée s’élargit à mesure que les membres des collectifs interagissent,
  • Sa régulation est possible parce que les professionnels apprennent à communiquer à partir du sens,
  • C’est un travail qui invite les professionnels à se mettre en travail autour de leurs représentations, de leurs approches du changement.
  • Il est l’objet symbolique par lequel le consultant, le médiateur, accompagne les professionnels à penser leur posture dans un environnement qui se complexifie.

Le cabinet TRIGONE propose une démarche en cinq mouvements pour reformuler le projet :

  • Le premier mouvement : nous écoutons les professionnels sur leurs représentations du projet. Nous proposons que les groupes soient décloisonnés tant en terme de fonctions que de statuts, car la complexité appelle le transversal. Le groupe transversal permet les questionnements ouverts, porteurs de sens. Il est le système rassurant pour appréhender les dimensions complexes du projet.

          Par un effet spiralé, la vision d’un groupe est amplifiée par le prochain afin de produire une évaluation dynamique du           projet (et non cloisonnée groupe par groupe).

 

  • Le deuxième mouvement : Nous proposons la constitution d’un groupe métaphore (sa composition symbolise la dynamique du projet). Il propose les articulations à créer, les décloisonnements à opérer, les nouvelles pratiques à encourager. Il Il met en mouvement et pense des opérationnalités porteuses de sens. À partir d’une approche complexe du projet, le groupe métaphore facilite l’articulation entre les visions transversales émanant du terrain et les visées institutionnelles du projet d’établissement.

 

  • Le troisième mouvement : L’encadrement est réuni pour évaluer la démarche d’accompagnement et propose des méthodologies pour accompagner le passage du projet visée au projet programme.

 

  • Le quatrième mouvement : Le groupe et l’encadrement mettent en jeu les processus du projet pour inclure d’autres acteurs (usagers, administrateurs, élus, partenaires) de manière à amplifier la visée du projet et de développer son programme. TRIGONE accompagne l’inclusion du réseau dans la démarche.

 

  • Le cinquième mouvement : les écrits de projet se multiplient, la communication s’organise et les processus, les méthodes générés par la démarche s’inscrivent dans le fonctionnement de l’organisation. Un temps fort, créatif, est proposé pour symboliser le projet. TRIGONE préconise l’articulation Projet – Formation continue- Mise en réseau pour maintenir la dynamique de communication.

           Ces cinq mouvements s’enchevêtreront pour former peu à peu la chorégraphie du projet.

Un accompagnement interactif

  • Les journées incluent des aspects formatifs, mais surtout une auto-évaluation des processus du projet d’établissement dans le but de faire émerger une représentation collective des changements en cours et à venir.
  • Des apports sur l’approche systémique du changement et des outils créatifs permettent aux participants de communiquer à partir d’un pas de côté propice à l’émergence d’une vision globale, qui ne peut se révéler à partir des langages rationalistes habituels.
  • Nous envisageons la création en articulant réflexion théorique aux méthodes et aux dispositifs; la stimulation de relations créatives entre les personnes favorise le déploiement de l’intelligence collective. Nous accompagnons l’ouverture des schémas de pensée à partir de travaux créatifs pour faciliter la transversalité dans la pluridisciplinarité, processus constitutifs d’un projet ouvert.
  • Nous aidons les professionnels à accepter qu’un saut dans l’inconnu soit le préalable à toute coopération pour co-construire un chemin qui émergera en marchant. La démarche proposée aux différents groupes permet de poser le cadre global d’un travail sur les processus de décloisonnement. Cette démarche interactive suppose que l’intervenant ne se positionne pas en expert, mais en facilitateur pour une co-construction de la visée du projet.